« Retour vers la liste des articles

img-160104v5pki4L’édition européenne de la Property Portal Watch Conference s’est déroulée cette année, du 27 au 30 septembre, au sein de la capitale espagnole. Cet évènement très prisé par les portails immobiliers a réuni plus de 300 participants. Une occasion intéressante de réfléchir à l’évolution du secteur immobilier sur Internet au cours de ces dernières années.

Si les portails internet sont plus que jamais incontournables dans le paysage immobilier, force est de constater que ces derniers ont énormément évolué au cours de cette dernière décennie. Ainsi, il y a 10 ans, nous assistions à une lutte entre les différents portails pour départager celui qui deviendrait le leader d’un pays. L’idée étant que celui qui arriverait à être le premier emporterait avec lui la totalité du marché « winner takes all ». Une vision avec un business model simple pour lequel on facturait uniquement l’affichage des annonces avec un concurrent unique : le papier.

Une industrialisation de l’Internet immobilier

Aujourd’hui, l’immobilier sur Internet est une véritable industrie qui pèse près de 40 milliards de dollars de valorisation cumulés des portails dans le monde. On parle également de dizaines de milliards de chiffres d’affaires générées par ces portails. Autre constat : l’impressionnante diversification du secteur au cours de ces 10 dernières années avec l’apparition de portails aux spécialisations assez diverses : des portails verticaux, généralistes, spécialisés, internationaux, nationaux ou encore de niche. En plein cœur de cette industrie se retrouvent également de nombreux fournisseurs de logiciels, de trafic, de sécurité, ou d’enrichissement des annonces…

Mais qui dit industrie, dit bien évidemment une importante concurrence et donc l’instauration d’une compétition entre ces divers concurrents. On estime ainsi aujourd’hui entre 10 et 15 000 le nombre de sites Internet qui publient des annonces immobilières dans le monde, et entre 500 et 750 sites uniquement pour la France. Cette compétition démontre par ailleurs l’importance de mettre en place une stratégie de multidiffusion pertinente. En effet, si les deux portails leaders rapportent entre 50 et 80 % des leads suivant les pays et les secteurs, l’ensemble des autres portails ramènent entre 20 et 50 % des leads. Un résultat qui est loin d’être négligeable.

De la concentration du marché…

Force est de constater qu’il existe aujourd’hui une concentration des grands acteurs du marché au niveau mondial. Axel Springer est ainsi leader en Allemagne avec Immones.de, en France avec SeLoger.com, et en Belgique avec Immoweb.be. Autre acteur majeur, Schibsted fait également partie des leaders en France avec LeBonCoin, mais aussi en Suède et en Espagne, et est présent dans plus de 30 pays.

En parallèle à cette évolution du marché, on assiste également à une évolution des business models des portails. Ainsi que ce soit chez les nouveaux entrants ou les leaders, nous voyons apparaître des nouvelles tendances comme le paiement au lead ou les paiements à l’analyse et à la fourniture de données. Enfin, autre tendance mondiale mais qui peine encore à s’installer en France : de plus en plus de portails essaient de se rapprocher au plus près de la transaction immobilière pour capter une partie de ces flux monétaires.

… à l’explosion du big data

Autre évolution majeure, nous avons aujourd’hui le recul nécessaire pour analyser les conséquences de l’arrivée des datas au sein du secteur immobilier. Les portails répliquaient hier finalement sur Internet ce qui existait auparavant sur le papier, c’est-à-dire que le vendeur allait voir l’agent immobilier afin qu’il publie une annonce qui attire des acquéreurs. De la même manière aujourd’hui sur Internet, le vendeur va voir une agence qui poste ses annonces sur le portail, reçoit des leads et des acheteurs pour conclure une transaction.

Cette chaîne, qui va du vendeur à l’acheteur, est aujourd’hui disruptée. En effet, en collectant  un maximum de données sur les vendeurs et les acquéreurs, ou par le biais des recherches effectuées sur Internet, il est désormais possible de bâtir grâce à des algorithmes et de l’intelligence artificielle des profils prédictifs qui permettent de savoir quel est le meilleur acheteur pour un vendeur et quel est le meilleur produit à vendre pour un acheteur. Il est donc désormais envisageable de mettre en relation, de manière automatisée et proactive, des acheteurs et des vendeurs sur la simple base de leur recherche Internet, avant même que ces derniers n’aient peut-être franchi la porte d’une agence immobilière. Un nouvel enjeu de rupture de la chaîne de valeur actuelle de l’immobilier dont vont désormais devoir de plus en plus tenir compte les professionnels.

A propos de l’auteur : Antoine Krier fonde en 1983 l’entreprise Krier, pionnière dans l’édition de logiciel immobilier, entreprise cédée en 2006 qui a continué son développement depuis. Après plusieurs séjours d’études dans la Silicon Valley, il reprend la direction d’Ubiflow en 2007. Cette société (qui a multiplié par 10 son activité depuis cette date) spécialisée dans la multidiffusion d’annonces sur Internet et la visibilité digitale et locale des entreprises, a d’abord pris l’immobilier comme terrain de jeu, pour se diversifier ensuite dans les métiers de l’automobile, du nautisme, de l’emploi et du commerce.

Article publié le 07 novembre 2016 sur le site www.immomatin.com
Voir l’article

Laissez un commentaire

 
 
© Ubiflow 2015 - Conception graphique et réalisation vidéo : Monsieur Media - Mentions légales - Contact